RETOUR ACCUEIL




[ N° 1 ] <<    [ N° 2 ] <<    [ N° 3 ] <<    N° 4 du 01/03/05    >> [ N° 5 ]

Phase 4 le groupe propulseur
Comme promis, voici pour tout les passionnés de la R5 Turbo qui nous suivent maintenant régulièrement, l’avant dernière étape de cette restauration partielle. Nous nous sommes quittés le mois dernier avec la “fermeture” du moteur, nous vous invitons donc à découvrir maintenant tous les “secrets” de l’assemblage du groupe propulseur.




Pièce essentielle mais pourtant si souvent négligée, le collecteur d’échappement a lui aussi bénéficié de toute notre attention avant d’être remonté. En effet, la bride de fixation du turbo, point plus que faible de cette pièce a été remplacée par une plus épaisse de 15 mm en inox (celle d’origine est en acier), les premières pièces ainsi réparées il y a plus de quinze ans n’ont plus connu le moindre souci. Le turbo peut donc reprendre sa place sans risque de fuite, un joint neuf et un serrage modéré assurant efficacité et fiabilité de l’ensemble.



L’embrayage, autre point, oh combien sensible, de l’auto, est renforcé (inutile de bondir sur votre téléphone, c’était le dernier). Un montage totalement différent avec diaphragme poussé et butée hydraulique vous sera bientôt proposé dans notre catalogue pièce. Méfiance avec le montage strictement d’origine, depuis l’avènement des garnitures sans amiante nous avons rencontré beaucoup de problèmes même en moteur de série (utilisation quasi impossible avec un moteur préparé). Dans le cas qui nous concerne, disques neufs sans amiante mais avec mécanisme plus fortement taré seront suffisants pour cette version 200 CV.





L’alternateur, la pompe à eau ainsi que le faisceau électrique ayant fait l’objet d ‘un remplacement récemment, ceux ci sont réutilisés après contrôle. Les diverses pièces préalablement sablées et bichromatées prennent ici toute leur valeur en apportant un indéniable fini neuf à l’ensemble, justifiant là pleinement le travail réalisé sur ces éléments.






Moment important (certains vont jusqu’à dire émouvant !), la remise en place du groupe dans “la salle des machines” demande beaucoup plus de soin et de précautions qu’il n’y paraît. Il ne faudrait pas en effet rayer ou pire enfoncer une quelconque partie de ce compartiment si soigneusement et fraîchement remis en état. Il est bien évident que l’utilisation simultanée du pont élévateur et de la grue d’atelier facilite grandement cet “accouchement à l’envers”. Une très grande attention est portée au bras de la grue qui vient rapidement en butée contre la partie supérieure de la baie arrière (j’ai rencontré plus d’une auto malheureusement bien déformée à cet endroit).
























Le moteur et la boîte de vitesses sont accouplés et peuvent ainsi quitter le bâti d’assemblage. Les derniers équipements peuvent enfin être posés, silents bloc support moteur, équerres renfort sont mis en place, le groupe propulseur est prêt à reprendre sa place.





Là aussi, l’importance des détails, préalablement préparés, dans la qualité d’ensemble du résultat final est primordiale. Les “experts” de la Turbo auront bien sûr remarqué les petits renforts ajoutés aux cages de silents bloc de boîte sur la photo de gauche. Ce qu’ils n’auront pas vu, c’est que la partie du bas a été dessoudée et ressoudée plus haut, tout cela ayant pour but de limiter les débattements (sur les pièces Renault Sport, la partie basse n’était pas déplacée, mais un fer plat soudé dessus assurait la même fonction, pas très scientifique !).


[ N° 1 ] << [ N° 2 ] << [ N° 3 ] << [ N° 4]>> [ N° 5 ]